Lorsqu’un dégât d’eau survient, il faut tout d’abord repérer sa source et la corriger rapidement. Une fois détectée, cette dernière peut nous donner plusieurs informations, vous aidant ainsi à prendre la bonne décision au niveau du choix de la méthode de restauration. De nos jours, il en existe principalement deux, à savoir l’assèchement ou la démolition/reconstruction.
Étant donné que la démolition entraîne beaucoup d’inconvénients, il faut envisager cette technique en dernier recours. Toutefois, et dans quelques cas, elle demeure inévitable.

Quelle méthode de restauration faut-il choisir en fonction des catégories et classes d’eau?

Deux questions très importantes auxquelles il faut bien répondre avant de faire le choix de la méthode de restauration :
– Quel est le niveau de contamination de l’eau qui a touché les matériaux?
– Est-ce l’intégrité physique des matériaux a été affectée par l’eau?
Pour répondre à ces questions, il faut connaître respectivement la catégorie d’eau et la classe d’eau auxquelles vous faites face.

Les eaux de catégories 1 et 2 sont asséchables sans aucun risque de contamination, à moins que celles-ci aient affecté l’intégrité physique des matériaux (couleur, forme, rigidité, isolation, etc.). Seule, la catégorie 3 risque d’être non traitable et nécessite la démolition. Toutefois, lors de présence de matériaux peu poreux ou/et qui font partie intégrante de la structure de votre bâtiment, il faut décontaminer les surfaces touchées et procéder par la suite à l’assèchement.

Attention!
La catégorie n’a aucune relation avec la couleur de l’eau! Seul, le degré de contamination entre en jeu.

Selon IICRC S500, l’eau contaminée peut changer de catégorie avec le temps. C’est la raison pour laquelle nous vous recommandons d’intervenir le plus rapidement possible et d’appliquer les mesures que nous vous avons recommandées dans notre infolettre précédente.

Toutes les classes d’eau sont asséchables. Toutefois, la technique d’assèchement n’est pas la même pour chacune de ces dernières. À mentionner aussi qu’avant de procéder à l’assèchement, il faut évaluer les retombées économiques et les délais nécessaires à l’assèchement et les comparer avec la démolition et la reconstruction des matériaux touchés par l’eau. Par exemple, il est plus judicieux de changer des tuiles de plafond acoustiques que les assécher.
Nous vous suggérons toujours de faire recours à des services de professionnels pour traiter les classes d’eau III et IV, vu la grande complexité à laquelle vous faites face (plusieurs étages, grande quantité d’eau absorbée par les matériaux, présence de structures massives ou de bois, etc.)..

 

 

En cas de doute, n’hésitez pas à communiquer avec nos experts pour vous aider dans votre démarche décisionnelle.